Vite, une toile!.. aujourd'hui...

Informations

Abonnez-vous !!!

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre d'information du Club

Prochainement

    Le Château dans le ciel (Tenku no shiro Rapyuta)
    japon | 2002| 2h04
    Réalisation : Hayao Miyazaki
    Avec : Mayumi Tanaka, Keiko Yokosawa, Kotoe Hatsui,
    Version originale (japonais) sous-titrée en français
      Pour connaitre les accessibilités en fauteuil,
      cliquez sur le lien vers la grille horaire dans la colonne de gauche
      rubrique 'INFORMATIONS'
    Retenue prisonnière par des pirates dans un dirigeable, la jeune Sheeta saute dans le vide en tentant de leur échapper. Elle est sauvée in extremis par Pazu, un jeune pilote d'avion travaillant dans une cité minière. Les pirates leur donnent la chasse.
    Au terme d'une course-poursuite effrénée, Sheeta se confie à Pazu, lui avouant qu'elle est la descendante des souverains de Laputa, la cité mythique située dans les airs. Elle est par conséquent la seule détentrice du secret de Laputa que le chef des armées, le cruel Muska, cherche à percer.


    Le site officiel
    par



    http://www.lechateaudansleciel.com/


    L'avis des spectateurs
    par

    un visiteur Par certains aspects, et en particulier ses défauts, c'est le film de Miyazaki qui ressemble le plus à un Disney (mécanisme scénaristique, manichéisme). Mais on retrouve aussi son style propre, ses thèmes favoris. Miyazaki déploit son univers poétique, que ce soit en prenant le temps d'être lent quand il le faut, ou en quelques plans brefs comme dans le générique. Enfin, sans faire de révélations, la fin apparait plus nuancée que ce à quoi Disney nous habitue. un visiteur Ce film est un pur chef-d'oeuvre (comme tous les films de Miyazaki) ! Une histoire fantastique, des héros attachants et émouvants, une musique magnifique et une mise en scène grandiose et fluide ! un visiteur Un souffle épique parcours ce magnifique film où l'on retrouve déjà, c'est vrai, pas mal de thèmes chers à Miyazaki (ah, ces hélices !). Peut être moins sombre que Nausicaä, avec en tout cas plus d'humour et de scènes amusantes, le film n'en reste pas moins fort intelligent, doté d'un scénario à plusieurs niveaux de lecture (que dire de la solitude du robot de l'île suspendue ?), et - comme toujours avec Miyazaki - la réalité parfois cruelle de la vie n'y est pas édulcorée comme pour d'autres studios connus aux Etats Unis. Un film qui ne laisse en tout cas pas indifférent, et vous marque profondément tant on se laisse prendre par son histoire. un visiteur Contrairement à ce qui est dit ici, le film dure 2h05 et Pazu est un enfant d'une douzaine d'année (comme Sheeta) travaillant dans une mine. Ce deuxième film des studios Ghibli (Mononoke, le tombeau des lucioles, ...) s'inspire de la légende du chateau céleste de Gulliver. C'est un film d'aventure grandiose, rythmé, on y trouve déjà toute la sensibilité et l'humour de Miyazaki. Les décors sont magnifiques, l'histoire très bien construite et les musiques sont peut-être les meilleurs de tous les films du Studio (ce qui n'est vraiment pas peu dire quand on connait les autres productions !) Un film captivant pendant plus de 2 heures... Magnifique ! (pourvu qu'il sorte un jour au ciné en France !)

    http://www.allocine.fr/film/critique_gen_cfilm=40133&affpress=0.html

    Allo Ciné
    L'avis de la Presse
    par

    Aden - Philippe Piazzo Fantastique, inventif, inattendu, l'univers de Miyazaki ne cesse de nous surprendre. Devant cet opus, datant d'avant Mon voisin Totoro et les effets spéciaux par ordinateur, on est constamment émerveillé. L'Humanité - Vincent Ostria Vaguement inspiré d'un épisode des Voyages de Gulliver, ce dessin animé nippon brille par son pacifisme, voire son antimilitarisme. On y trouve également les prémisses de l'écologie, selon Miyazaki : l'île volante est un microcosme naturel où l'intrusion de l'homme provoque un cataclysme. Drôle et poétique. Zurban - Eric Quéméré Côté mise en scène, l'esthétique du film est une nouvelle fois superbe, et Miyazaki excelle décidément autant dans les scènes d'action que dans les moments de pure poésie. La découverte de Laputa constituant notamment un véritable morceau de bravoure... Bref, que ceux qui n'ont pas d'enfant réquisitionnent leur neveu, accompagnent leur copine baby-sitter ou assument enfin leur immaturité : car Le Château dans le ciel fait partie de ces moments de bonheur cinématographique dont il serait vraiment dommage de se priver. Libération - Michel Roudevitch Cette étonnante odyssée n'a pas une ride en dépit de son antique métropole en ruines (aux impressionnants remparts superposés surmontés de cimes feuillues et gardée par de grands robots déglingués). Les Echos - Annie Coppermann Il y a de l'imagination, du suspense et du bonheur : celui que procure ce film délicieux où, quel que soit son âge, le spectateur retrouve son âme d'enfant. Magique ! Le Parisien - F. J. Les dessins comme l'histoire portent la signature unique du maître japonais qui sait créer des univers merveilleux et mêler en un savant cocktail fraîcheur, suspense, humour et tendresse. Les Inrockuptibles - Olivier Père (...) de la prose poétique, une oeuvre d'art alliant intelligence, vitesse et beauté. Télérama - Cécile Mury Etayé par un scénario d'une stupéfiante richesse, peuplé de personnages aussi complexes qu'attachants, riche d'une verve comique alternant subtilement avec les moments de gravité, ce Château dans le ciel est un (très) pur chef-d'oeuvre. Novaplanet - Alex Masson Le Château dans le ciel enfin apporte une touche peu courante, à l'époque de sa réalisation, dans le cinéma d'animation américain : cet humanisme qui pose des questions intelligemment adultes sans jamais occulter un parfait sens du divertissement. Positif - Hubert Niogret Ce film est peut-être celui qui développe davantage que les autres cette poésie des espaces infinis, d'une grande somptuosité des couleurs et des matières nuancées (...). Chronic'art - Vincent Malausa (...) Miyazaki trouvait déjà avec Le Château dans le ciel le moyen d'imposer sa puissance créatrice sans que jamais celle-ci ne semble trop grande, trop ambitieuse, trop indigeste pour une simple feuille de dessin. Première - Gérard Delorme Jamais le poids de ce qui est signifié ne vient alourdir le récit d'aventures, de même que l'excitation et le vertige provoqués par les extraordianires séquences aériennes ne viennent jamais parasiter le sens de la fable. Les Cahiers du Cinéma - Sébastien Bénédict Il n'est rien de plus beau que ce qui tient, comme ici, envers et contre tout malgré les apparences. Ses vents furieux, ses délirantes poursuites se fondent au final dans la grandeur sereine de Laputa. Une épopée dans un haïku. Monsieur Cinéma - Jean-Christophe Derrien Loin des dernières productions bancales Disney, différent des réussites informatisées comme MONSTRES ET CIE et L'AGE DE GLACE, LE CHATEAU DANS LE CIEL mérite plus qu'un succès d'estime pour un "vieux" film : ses rêves sont intemporels. Studio - Patrick Fabre Un film à la mise en scène époustouflante, dans lequel on décelait déjà des merveilles de poésie et d'émotion, ainsi que les thèmes de prédilection du cinéaste, comme la pierre angulaire de l'oeuvre en devenir du maître japonais.

    Allocine
    5 salles classées
    Art & Essai
    Europa Cinéma
    Label Recherche
    Label Découverte

    p.ortega@cinemaleclub.com


    Tarifs
    Tarif normal: 7,80 €
    Tarif réduit: 6,80 €
    Abonnements
    6 places : 36€
    12 places : 63€
    Tarif - 14ans : 4,50€