Vite, une toile!.. aujourd'hui...

Informations

Abonnez-vous !!!

Inscrivez-vous pour recevoir la lettre d'information du Club

Prochainement

Thirteen
GB | 2003| 1h35
Réalisation : Catherine Hardwicke
Avec : Holly Hunter, Nikki Reed, Evan Rachel Wood, Jeremy Sisto, Brady Corbet
Version originale (anglais) sous-titrée en français
    Pour connaitre les accessibilités en fauteuil,
    cliquez sur le lien vers la grille horaire dans la colonne de gauche
    rubrique 'INFORMATIONS'
Après avoir vu Evie et ses copines se "servir" froidement dans une boutique de mode, Tracy vole un sac à main richement garni. L'argent dérobé lui sert de viatique : il n'en faut pas plus que cela pour intégrer la bande, et après quelques plans fringues, Tracy devient la nouvelle protégée d'Evie.
Avec les encouragements de son inséparable "mentor", relookée, tatouée, la langue et le nombril percés, Tracy découvre très vite les clés de la popularité et l'art de plaire aux garçons.
Constatant chez Tracy les signes de plus en plus nombreux d'une dérive accélérée, Melanie finit pourtant par s'inquiéter et décide vaille que vaille de reprendre sa fille en main. Trop tard peut-être...


Interview of Catherine Harwicke (in english)
par Matt Arnoldi

Teenage Rampage Thirteen is an explosive drama about young girls going off the rails in middle-class America. Clueless, it is not. Director Catherine Hardwicke gives a flavour of what’s to come. By Matt Arnoldi. The kids from hell? Rites of passage movies come in all shapes and sizes. From the cuteness of Stand by Me, to likeable charm school comedy in Clueless, from farcical embarrassment gaffes in American Pie, to the affectionate naïve gaucheness of Flirting. Then there’s the cinema verité angle, the shock value of teenagers as bored delinquents in Kids, to impressive New York stories like the recently-released Raising Victor Vargas. Catherine Hardwicke’s hard-hitting Thirteen arrives in the UK having been garlanded by the Best Director award at Sundance 2003. It’s Hardwicke’s debut as a director and screenwriter, and it could easily be described as the frightening alter-ego to Clueless. Co-written by teenager Nikki Reed and Hardwicke, Thirteen follows the actions of a young 13-year old girl Tracy (Evan Rachel Wood) who during the course of a school term in the 7th grade, turns from a naïve fresh-faced pupil into an abusive, aggressive, arrogant ‘daughter from hell’ much to the dismay of her single mother Melanie (Holly Hunter). The worst part is, it’s all shockingly believable. Tracy’s descent begins when she meets the hippest girl in her year, rebellious, dangerous, beautiful Evie (played by the film’s co-writer Nikki Reed), a girl loved by girls and boys alike. From then onwards, Tracy wants to be Evie’s best friend and the manipulative Evie is content to let it happen, provided she also gets something out of it. Thirteen is a frightening journey to watch, certainly for any parent, complete with hand-held camera authenticity, sharp teenage dialogue (that clearly Reed has worked on), and a storyline that should have a wide appeal. A UCLA film graduate, Hardwicke grew up in Texas and studied art in Mexico before deciding to embark on a film career. Naturally the first question to her, has to be what prompted the idea. "The film was really inspired by Nikki,’ explains Catherine, ‘I’d met her when she was 5. As she grew up, I was able to observe her behaviour, her desires and passions. She changed a lot at thirteen. She became uncommunicative and secretive. She would spend hours on her make-up and couldn’t be persuaded to have an opinion on anything." Nikki was the daughter of a man Catherine was seeing at the time. She decided that if she wasn’t to lose touch with Nikki, she would have to spend more time with her. Encouraging Reid’s interest in the arts, Catherine managed to persuade her that they could write a screenplay together. At first, a light-hearted teen comedy was on the cards, but Hardwicke wanted to veer away from an American Pie-style teenage movie noting from what Reed was telling her, that there was a much more riveting story to tell. "When Nikki opened up,’ explains Catherine, ’it became much more interesting, more daring than anything I could have imagined. I added my own observations of my mom, and issues I’d talked to my parents about, and with me and Nikki acting out some of the scenes, I realised that something very alive and powerful was unfolding." Producers such as Jeffrey Levy-Hinte (who has worked on the soon-to-be-released Laurel Canyon) and Michael London (40 days and 40 nights, The Guru) were immediately blown over by the script, but they came up against studio chiefs who saw the film as a major risk. It was hard-hitting and captures teen life so accurately, it was seen as too punchy, too uncompromising for some. Hardwicke, knowing she wanted Nikki to star in it, organised script re-writes, shot sample scenes and was determined to make things happen. She told her producers to just get what money they could, assemble what cast members they could, and she would make it happen. She knew things would work out finally, when she got Holly Hunter interested in the role of the mother Mel. Holly was invited to come over for a sleepover with Nikki and the family, and Holly was totally hooked when she heard about the script input of 13 year old Nikki. "She couldn’t believe I’d written it with a 13 year old. She loves her work to come from something very real so it made a big impression on her,’ explains Catherine. Further changes took place as Hardwicke honed the script. The look of the film was also important as Hardwicke plumbed for an approach that would be in your face from the word go. She describes it as a kind of ‘kinetic intensity’ that she first observed in the Gulf war film Three Kings, a film which together with films like Tombstone, Tank Girl and Laurel Canyon, are among Hardwicke’s credits as a Production designer. Catherine must be proud that the story of Thirteen, remained uncompromising and unflinching, rather than being toned down by any studio bosses wishing to soften the approach of it. "It’s based on a true story,’ replies Catherine, ‘and OK it might seem pretty extreme but then again, we didn’t make things up, so it’s fair to say that many of these things can happen in a 13 year old girl’s life."

http://www.iofilm.co.uk
La critique de objectif-cinema.com
par Annelise LANDUREAU

Avec ses fines tresses qui dégoulinent joyeusement sur ses épaules, la réalisatrice de Thirteen évoque tout de suite un des personnages de son film : Mélanie (interprété par Holly Hunter), la jeune et jolie mère célibataire qu’on aurait tous aimé avoir, plutôt grande sœur que marâtre. L’apparence de la décontraction même, façon seventies. Le soir, lors de la soirée donnée en l’honneur du pétillant Bye Bye Love, on la verra d’ailleurs entraîner Peyton Reed sur la piste de danse, au son du disco, ignorant volontairement les frontières du carré VIP. Pourtant, le choix d’un tel sujet pour un premier long-métrage, l’histoire d’une adolescente en chute libre, laisse présager qu’il y a autre chose à voir chez cette jeune femme poliment gaie. Venue de l’architecture, elle a suivi les cours de la prestigieuse école de cinéma de l’UCLA, et réalisé là-bas ses premiers courts-métrages, avant de créer les décors de plus de vingt longs métrages dont les Rois du désert de David O. Russel, Vanilla Sky de Cameron Crowe, Mad City de Costa Gavras et de passer elle même derrière la caméra, avec 13. Parce qu’elle voulait aider une jeune adolescente de sa connaissance à ne pas tomber dans les dérives qu’illustre le film, Catherine lui a proposé d’écrire un scénario, et de le tourner, sans jamais se préoccuper de ce qu’on pourrait penser. Parce qu’elle tenait à son projet et pas seulement pour elle, mais aussi pour cette jeune fille : Nikki Reed, Catherine Hardwicke a su forcer toutes les portes, de celles des producteurs à celle d’Holly Hunter pour qui elle modifia humblement le scénario en seulement vingt-quatre heures. C’est donc avant tout une grande force qui se dégage de ce petit bout de femme, une frénésie même, quand elle raconte ce tournage « commando » où une équipe en majorité féminine fut amenée à filmer, parfois sans autorisation, avec les moyens du bord. Profondément humaniste et touchante, Catherine Hardwicke est comme son film, qui nous étouffe autant qu’il nous bouleverse quand elle nous révèle, le sourire tristement sage, que le public américain a trouvé le résultat encore trop édulcoré par rapport à la réalité.

objectif-cinema.com
La critique du Matin
par EVA GRAU

Jeux interdits pour ados rebelles «THIRTEEN» Après «Elephant» et «Ken Park», «Thirteen», avec Holly Hunter, se présente comme une chronique intense mais sombre d’une jeunesse en quête de repères L’adolescence: un âge à risque, période charnière où l’on tente de se forger une identité par tous les moyens, bons ou mauvais. Mais, depuis quelques années, le cinéma américain indépendant – «Elephant», de Gus Van Sant, les films de Larry Clark, notamment le dernier, «Ken Park» – se fait témoin d’une jeunesse décadente à l’extrême, où le mal-être s’exorcise à grands coups de sexe débridé, d’inconscience et d’hyperviolence gratuite et irresponsable. L’époque de «La fureur de vivre» de James Dean semble désormais bien loin. Liaisons fatales A son tour, «Thirteen» dénonce cette dérive juvénile inquiétante, en s’attaquant au phénomène de la girl culture et ses effets dramatiques sur les filles de 13 à 15 ans. Premier long métrage de la chef décoratrice Catherine Hardwicke, le film suit le parcours initiatique d’une ado mal dans sa peau, Tracy, qui se lie d’amitié avec la fille la plus populaire de son école, Evie. Rebelle, sexy, celle-ci devient à la fois le modèle et le mentor de Tracy, lui faisant découvrir tous les «plaisirs» interdits: fringues branchées, sexe, drogue, fauche, piercing, automutilation... Tiré d’une histoire vraie – celle de Nikki Reed, coscénariste et interprète d’Evie – «Thirteen» s’apparente à du cinéma vérité, non seulement dans son histoire mais aussi dans la manière dont il est filmé. Caméra à l’épaule presque en permanence, Catherine Hardwicke suit au plus près ses personnages, comme pour mieux violer leur intimité. «Je veux faire des films qui ont un sens et font réfléchir, expliquait la réalisatrice au dernier Festival de Deauville, où le long métrage était présenté. «Thirteen» m’a pris un an et demi de ma vie. Cela représente un effort énorme, que je ne veux pas fournir pour une histoire légère ou amusante.» Primé à Locarno Le message social est visiblement passé, puisque le long métrage s’est vu décerner le Prix de la mise en scène au Festival de Sundance 2003, ainsi que le Prix d’interprétation pour Holly Hunter au dernier Festival de Locarno. L’actrice américaine incarne la mère de Tracy, une ancienne alcoolique paumée qui tente, tant bien que mal, de gérer la crise d’adolescence de sa fille. Un rôle sombre et difficile pour la comédienne, qui, de «Crash» à «La leçon de piano», n’a jamais caché son goût pour la prise de risques. «C’est très attirant de savoir que le scénario raconte une expérience vécue, dit-elle. Car cela implique que, pour garder cette authenticité à l’écran, on doit mettre l’accent sur les petits détails. Or c’est précisément à travers ces détails invisibles mais qui font toute la différence que je vis en tant qu’actrice.» En mère maladroite, dépassée, faible mais profondément aimante, Holly Hunter insuffle un peu d’humanité à la société désincarnée dont «Thirteen» se fait l’écho. Et apporte une lueur d’espoir indispensable à cette chronique sombre, désenchantée, mais ô combien intense.

lematin.ch
L'avis de la Presse....
par

Chronic'art - Vincent Malausa Entre velours craquelé de l'enfance, crise/extase de l'adolescence et renoncements de l'âge adulte, presque aucune transition : juste un bloc d'images et d'affects en mouvement, une gerbe de couleurs et de sensations, un geste étincelant. Thirteen est le sublime petit frère d'Elephant. Première - Christian Jauberty (...) une réalisation vigoureuse, avec une caméra très mobile qui colle aux personnages. La construction en série d'anecdotes, dont certaines sont plus réussies que d'autres, nuit par moments à la tension dramatique, mais il se dégage du résultat une force et une franchise qui intrepellent. Studio Magazine - Sophie Benamon Les héroïnes de ce docu-fiction traduisent avec fièvre les émotions de l'adolescence (...) En même temps, l'ensemble offre une dimension pédagogique, car le parcours de Tracy n'est pas idéalisé et fait plutôt office de contre-exemple pour celles et ceux qui ne manqueront pas de s'y reconnaître.

allocine.com
La critique de Télérama
par Aurélien Ferenczi

Comment le goût de la révolte vient aux enfants sages. Edifiant. Ça commence sec par deux mignonnes teenagers qui se livrent « pour rire » à un retentissant concours de baffes, tout en sniffant une substance non identifiée mais toxique. Epreuve d'endurance : lèvre fendue, cocard, l'escalade du « fais-moi mal, je ne sens rien » engendre pour le spectateur malaise et interrogation. Le long flash-back qui suit s'attelle alors à la tâche de raconter comment, en quelques mois, on en est arrivé là. Dans la riche famille des kids du cinéma américain, voici Tracy, la pré-ado : 13 ans, mince visage d'ange blond, bonne élève sans histoires qui va tomber sous la coupe d'Evie, la fille « la plus cool » du lycée. Evie, petit démon mytho, voleuse et dealeuse, qui sait l'art de transformer en un temps deux mouvements un débardeur comme il faut en jupe moulante ultra courte... La descente aux enfers connaît ses rites initiatiques : chourave de portefeuille sur une avenue commerçante, piercing divers (à la langue puis au nombril), dragues ouvertes et étreintes furtives, ingestions variées (alcool, herbe, acide). Tracy se montre une élève appliquée et une dissimulatrice exemplaire. Voir comment elle réussit à cacher sa métamorphose à sa famille est de nature à ficher la frousse aux parents les plus confiants. Famille dysfonctionnelle, cela va (un peu trop) sans dire : la mère de Tracy -­ jouée avec intensité par Holly Hunter -­ est divorcée. C'est une ex-alcoolo aussi généreuse que maladroite qui a du mal à joindre les deux bouts et dont le nouveau boy friend est immature et junky. Catherine Hardwicke a eu raison de baptiser son premier film Thirteen ­ soit « Treize Ans » ­ parce qu'elle décrit une société où les âges ne sont plus clairement identifiables : fillettes prépubères en uniforme de lolita, mères grandes soeurs dont on peine à croire qu'elles ont elles-mêmes quitté l'adolescence. Le titre rappelle ce que Tracy oublie : elle n'a que 13 ans. Sur cette ligne normative, Thirteen prend le chemin inverse des récents Ken Park et Elephant. Pour la réalisatrice, l'ado n'est pas pur fantasme esthétique. C'est la réalité que la cinéaste traque : le scénario est cosigné par Nikki Reed, l'interprète d'Evie, qui avait elle-même 13 ans quand le film s'est fait. En ligne de mire, des causes, identifiables ­ et indiscutables ­ au désarroi ado : la démission parentale -­ moins caricaturale que chez Larry Clark -­, la dérive marchande de la société -­ à l'école de Tracy, on fait des exposés sur Jennifer Lopez et, dans les artères californiennes, des panneaux publicitaires affichent : Beauty is truth, la beauté est la vérité... Il faut un certain courage pour risquer, aujourd'hui, l'option « pédago » aux frontières du film à thèse. Mais tout est affaire de dosage : moins que la mise en scène un peu tape-à-l'oeil, c'est la justesse psychologique qui rend convaincant ce portrait des pièges de l'adolescence. D'autant que Thirteen rappelle aussi que certains mystères n'appartiennent qu'aux individus : ainsi, le goût qu'a Tracy de mimer de faux suicides en s'entaillant régulièrement les bras, ou la science de l'affabulation que manifeste Evie, personnage dont on saura in fine peu de chose. La richesse romanesque ménage une part, bienvenue, d'inexplicable. Aurélien Ferenczi

telerama.fr
5 salles classées
Art & Essai
Europa Cinéma
Label Recherche
Label Découverte

p.ortega@cinemaleclub.com


Tarifs
Tarif normal: 7,80 €
Tarif réduit: 6,80 €
Abonnement 6 places : 6€ / 12 places : 5,25€
Tarif - 14ans : 4,50€